ARTS EnChantés ASBL

Les Artistes

Alisée Frippiat obtient son diplôme de Master en harpe au Koninklijk Conservatorium Brussel, avec la plus grande distinction, dans la classe de Jana Bouskova. Alisée a remporté de nombreux prix, notamment un premier prix au Concours International de harpe celtique de Vresse-sur Semois et un premier prix au Concours National « Dexia Classics 2007», dans la discipline harpe. Elle est également finaliste du Concours International de harpe « Félix Godefroid 2010 », dans la catégorie « soliste ». Elle est lauréate de la Fondation Artistique Mathilde E. Horlait-Dapsens.

Alisée se produit régulièrement en concert, en Belgique et à l’étranger, en soliste et en musique de chambre. Elle a notamment été invitée à jouer en soliste au Festival de harpe 2010 de Bruxelles et a collaboré avec les chœurs d'enfants et de jeunes de La Monnaie en accompagnant la Choraline dans différentes œuvres pour chœur et harpe.

Comme harpiste freelance, elle se produit avec différents orchestres et ensembles de Belgique. Elle a notamment joué avec l’orchestre de l’opéra de La Monnaie, l’orchestre de la Musique Royale des Guides, l’ensemble Sturm und Klang, l’orchestre du XXIème siècle, ainsi que pour les productions d’Ars Lyrica, sous la direction de Patrick Leterme, pour les comédies musicales « Le Magicien d’Oz », « La Mélodie du Bonheur » et « Les Parapluies de Cherbourg ».

Membre de l’Académie d’Orchestre du prestigieux Czech Philharmonic Orchestra, elle s'est produite régulièrement en concert à Prague avec l’orchestre et a notamment joué sous la direction de Jiří Belohlávek, Krzysztof Urbanski, Jakub Hrůša et Manfred Honeck.

En 2015, elle crée l’asbl "Arts EnChantés”, qui organise des événements dans lesquels se rencontrent différents arts, notamment des stages pluriartistiques pour enfants et des concerts-contés. www.aliseefrippiat.be



Christian Chibambo a débuté son parcours de conteur durant l'été 2008 en rencontrant la conteuse savoyarde Joëlle Bély qui lui donne le désir de partager l’enchantement des contes avec autrui. Suite à cette rencontre, il effectue des formations spécifiques à la Maison du Conte de Bruxelles pour rapidement commencer à proposer des spectacles auprès de divers publics.

Chemin faisant, certaines collaborations se tissent avec d’autres artistes, notamment avec le conteur Monsieur Hic et la conteuse Emma Germain. En 2012-2013, il a travaillé à la création du conte-chanté "Le Chant d’Alyssa" pour la chorale bruxelloise arabophone Zamâan AWSA.

L’activité de conteur a pour Christian un sens qui correspond notamment aux perspectives suggérées par Jean Lerède (cf. "Les troupeaux de l’aurore") et Louis Jouvet qui ont mis à jour des continuités profondes entre l’art et le soin de l’âme. www.christianchibambo.be



Rebecca Van Bogaert commence la flûte traversière à l’âge de 8 ans à l’académie de Schaerbeek, dans la classe de Martine Van Puyvelde. En 2007, elle remporte le 1er prix du concours national « Dexia Classics » dans la discipline « flûte ». A 17 ans, elle est admise au Koninklijk Conservatorium Brussel, où elle étudie 3 ans auprès de Carlos Bruneel (flûte solo de l’Orchestre Symphonique de la Monnaie) et Frank Hendrickx.

En 2013, elle obtient son Master en flûte et agrégation au Conservatoire Royal de Bruxelles, dans la classe de Baudoin Giaux (flûte solo de l’Orchestre National de Belgique). Elle a participé à de nombreux stages et master classes, auprès de Myriam Graulus, Michael Schmid, Matthias Ziegler et Will Offermans (flûte contemporaine), Wouter Vandenabeele et Moufadhel Adhoum (musique du monde), Mia et Mikael Marin (musique suédoise), Toon Van Mierlo et Pascale Rubens (folk) et Rémi Decker (flûte irlandaise).

Elle joue actuellement dans le groupe folk Orbál (pour lequel elle compose également des morceaux), le duo Aviraï avec la harpiste Alisée Frippiat (musique classique et musique du monde) et le duo Thiklé avec le guitariste Mike Floris (country, rock, trad). Elle se produit également régulièrement dans les Grottes de Han dans le cadre de visites « Han-musique ».



Vincent Wilkin a appris la musique en Afrique (Sénégal, Mali, Burkina-Faso), entièrement novice, jouant dans des formations après seulement six mois d'initiation. Sa chance a été d'être exposé très tôt à des musiciens confirmés et talentueux (Sadio Cissokho, Djelymady Sissoko, Issa Ouattara, Daouda Dembélé, ...), qui lui ont offert une place parmi eux.

C'est ensuite la musique indienne qui l'a influencé le plus, en particulier la musique classique du sud de l'Inde, qu'il pratique depuis 2008 guidé notamment par le Dr P. V. Bose. Cette musique a été pour Vincent la porte d'entrée pour comprendre et apprécier les musique du moyen orient, comme le mugham (Azerbaijan).

La musique occidentale est entrée dernièrement dans ses influences avec le folk, et la musique classique, qu'il travaille sur la kora depuis peu. Créer un pont entre ces différents points de vue, en gardant leur individualité, est le défi qu'il se lance chaque jour pour exprimer par la musique ce qui le transporte.